Archives de Tag: real madrid

PSG 1-2 Real Madrid : Masterclass défensif de Ramos et Varane

  • Paris a créé une supériorité numérique sur sa relance grâce à Verratti et Motta
  • Paris a créé plusieurs situations d’égalité numérique face aux défenseurs madrilènes
  • Varane et Ramos ont contenu Cavani et Mbappe athlétiquement et techniquement
  • Les défenseurs du Real ont parfaitement géré les situations de déséquilibre
PSG-vs-real-Madrid

Cavani capturé par la charnière Ramos – Varane

Le milieu tournant du PSG / Verratti – Motta face au jeu

Au moment de sortir le ballon, Paris opère avec un milieu « tournant » : Entre Rabiot, Motta et Verratti, 2 joueurs se trouvent plus bas pour créer un surnombre absolu face au pressing adverse (4 joueurs : 2 stoppeurs + 2 milieu décrocheurs).

Le 3e milieu se glisse – en théorie – un cran plus haut, pour être servi dans le dos d’un éventuel cœur du jeu à 2, aspiré par cette sortie de balle. Lire la suite

Publicités

Real Madrid – PSG: An analysis of Madrid defensive animation

Real Madrid is full of doubts, as they face offensive powerhouse PSG. With the BBC back, Isco and the 442 seem to be putted aside by Zidane, and French coach should rather go 4-1-4-1. Madrid’s defensive balance has often been precarious in this organisation.

Ramos

Ramos’ joy, as he qualifies Madrid in Napoli after a difficult night for Los Blancos

Double crown European Champions Real Madrid has often at the edge, on the way to this historical achievement. In Naples, when Mertens hit the post at 2-3 aggregate. In Munich when Vidal sends his penalty in the stars, as the score was 1-0 in the first half of the first tie. Even in the 2016 final, Madrid didn’t resist Atletico’s positional play, as they conceded a penalty by Pepe, then a goal by Carrasco on open play.

It’s Madrid’s DNA: With so much creative talent on the pitch, defensive balance is often precarious. Lire la suite

Real – PSG : Analyse de l’animation défensive du Real

Opposé à un Real en plein doute, Paris fait peur en Espagne. Alors que la BBC est de retour, Isco et le 4-4-2 semblent mis de côté par Zidane, qui devrait privilégier le 4-1-4-1. Analyse de l’animation défensive du Real – souvent sur un fil dans ce système.

Ramos

La joie de Ramos, qui délivre le Real à Naples, lors de la campagne 2017

Double Champion d’Europe, le Real a parfois frôlé le précipice sur la route qui l’a mené à ce back-2-back historique. A Naples – quand Mertens touche le poteau à 2-3 sur l’ensemble de 2 matchs. A Munich, quand Arturo Vidal envoie dans les étoiles un penalty qui aurait conclu le premier quart du match sur un score de 2 à 0. Même lors de la finale 2016, le Real avait cédé face au jeu de position de l’Atlético, concédant par Pepe le penalty raté de Griezmann, avant de craquer sur attaque placée.

C’est dans l’ADN du Real : avec autant de talents sur la pelouse, l’équilibre est souvent précaire, et les centraux toujours sur un fil. Lire la suite

Real Madrid 0-3 Barcelone : Valverde montre le chemin aux Parisiens

Le Clasico diurne de samedi dernier fut riche en enseignements pour le PSG. Agressif défensivement, le Real s’est heurté à un mur au moment d’attaquer, avant d’être puni en contre. Sur le plan défensif, Valverde a fait ce qu’il fallait, montrant la voie aux Parisiens face au jeu de position vertical du Real.

B9714226103Z.1_20171223132717_000+GVOAD25KH.2-0

Impeccables dans leur placement, Vermaelen et Pique ont su contrôler la profondeur face à la verticalité du Real

Le pressing haut du Real

Fait marquant de la première mi-temps : le Real est allé chercher le Barça très haut dans son camp. Pour empêcher les Catalans d’imposer leur loi dans le camp madrilène, Zidane a déployé un pressing « total » sur le 4-4-2 de Valverde.

Partout sur le terrain, les Madrilènes chargeaient les Catalans en 1 contre 1. Le Real se trouvait ainsi quasiment à 3 contre 3 derrière avec Paulinho – Suarez – Messi face au trident Ramos – Varane – Casemiro. Rapidement, le gardien du Barça Ter Stegen fut le seul homme libre sur la sortie de balle, et le jeu long sa seule option, dans une configuration qui rappelait celle du Barça – Bayern de 2015. Lire la suite

PSG 0-0 R. Madrid: Real in control

Despite missing 6 players from their regular XI, Real Madrid brought a confortable draw, and a clean sheet from Parc des Princes. Benitez’ men didn’t concede one clear chance to their opponents, thanks to an efficient defensive game plan: A huge pressure in opposite side, but a calculated risk, pushing on some special PSG’s offensive limits.

Tough night for Ibra, locked by Varane and Ramos

Tough night for Ibra, locked by Varane and Ramos

Madrid’s press: a high and (laterally) compact bloc

Madridistas created one of the biggest chances of the game, after only 2 minutes. An intense pressing sequence, ended by a vertical attack, witch allowed reading Rafa’s plan in PSG’s side. Lire la suite

PSG 0-0 R. Madrid : Le Real en contrôle

Malgré un XI décimé par l’absence de 6 titulaires, le Real Madrid a ramené sans encombre un point et une clean sheet du Parc. Les hommes de Rafa Benítez n’ont pas concédé une seule occasion franche au club parisien, grâce à un plan défensif parfaitement exécuté : Un gros pressing dans le camp adverse, mais un risque calculé en appuyant sur certaines limites offensives du PSG.

Soirée compliquée pour Ibra, verrouillé par Varane et Ramos

Soirée compliquée pour Ibra, verrouillé par Varane et Ramos

Le pressing du Real : un bloc haut et compact latéralement

Dès la troisième minute, les merengue se sont créés une des plus belles occasions de la partie. Une séquence de pressing intense – conclue par une attaque verticale – qui permettait de lire le plan de Benítez dans le camp du PSG. Lire la suite

Real Sociedad 4-2 Real Madrid : Ancelotti doit (re)trouver l’équilibre

Sans cohérence collective et (donc) sans solidité défensive, le Real a explosé à Anoeta, juste avant la trêve internationale. Comment le Real a-t-il pu ainsi chuter et quelles solutions pour Carlo Ancelotti avant de défier l’Atlético, dans un match déjà important ?

Carlo Ancelotti. Entrain de mimer l'écart entre ses lignes ?

Carlo Ancelotti.

Comme souvent au Real, cet été, Florentino a fait des folies. Le « président-supporter » de la Maison Blanche s’est offert deux sensations de la Coupe du Monde et a laissé partir deux pièces maîtresse du double-système de la saison passé. Lire la suite

Real Madrid 4-1 Atlético Madrid : La Decima au finish

L’Atléti a craqué dans les arrêts de jeu et le Real a conquis sa dixième Ligue des Champions à Lisbonne. Neutralisé en première mi-temps, Madrid est revenu après les entrées de Marcelo et Isco et le repositionnement de Modric. Epuisée, l’équipe de Diego Simeone a peut-être payé l’énorme dépense d’énergie inhérente à son plan de jeu.

Real Madrid v Atletico de Madrid - UEFA Champions League Final

La joie du Real Madrid, champion d’Europe 12 ans après.

Des fautes, des longs ballons, des coups, du repli et deux buts sur corner. Cette finale 100% Madrilène n’a pas vraiment la consacré le football espagnol dans sa dimension la plus esthétique. Lire la suite

Ancelotti – Simeone, la victoire du contre-modèle ?

Carlo Ancelotti et Diego Simeone se retrouvent ce soir en finale de Ligue des Champions. D’une façon différente, ils incarnent – comme d’autres – une certaine rupture avec le modèle hispanisant qui domine le football depuis 2008. S’il serait peu pertinent d’user de résultats bruts pour défendre la supériorité d’une conception du jeu sur une autre, ces derniers mois ont permis de dégager une tendance. Essayons de la saisir.

A7wVZa7CMAEFaOI.jpg-large

Carletto dubitatif.

L’Atléti sera surement décrite avant la finale comme une formation offensive. Une équipe espagnole au jeu mélodieux et au pressing médiéval. De nobles guerriers qui ont mis à genoux le plus infâme des bétonneurs dans sa propre maison, forcé de déposer les armes face à sa propre barricade.  Lire la suite

Bayern – Real : Le Bayern a-t-il vraiment été trop Guardiolien à Madrid ?

Battu 1-0 lors de la première manche, le Bayern accueille ce soir le Real Madrid avec l’obligation de réaliser un match parfait. Globalement, la défaite concédée en Espagne fut l’occasion pour un certain nombre d’observateurs de pointer du doigt la manière dont Guardiola fait jouer ses équipes, après une nouvelle partie à plus de 600 passes. Un Bayern trop barcelonais, trop guardiolien. Vraiment ?

Pep Guardiola sous pression avant le retour à Munich.

Pep Guardiola sous pression avant le retour à Munich.

Dans l’animation : Oui

L’énorme séquence de possession des 10 premières minutes en est le parfait symbole : le Bayern a manqué de tranchant au Bernabeu. Tous les habituels arguments anti-tiki-taka étaient légitimement de sortie : Beaucoup d’échanges, mais finalement peu de danger, et pas vraiment de déséquilibre créé, face à un bloc bien préparé et et armé en contre. Lire la suite