Real Madrid – PSG: An analysis of Madrid defensive animation

Real Madrid is full of doubts, as they face offensive powerhouse PSG. With the BBC back, Isco and the 442 seem to be putted aside by Zidane, and French coach should rather go 4-1-4-1. Madrid’s defensive balance has often been precarious in this organisation.

Ramos

Ramos’ joy, as he qualifies Madrid in Napoli after a difficult night for Los Blancos

Double crown European Champions Real Madrid has often at the edge, on the way to this historical achievement. In Naples, when Mertens hit the post at 2-3 aggregate. In Munich when Vidal sends his penalty in the stars, as the score was 1-0 in the first half of the first tie. Even in the 2016 final, Madrid didn’t resist Atletico’s positional play, as they conceded a penalty by Pepe, then a goal by Carrasco on open play.

It’s Madrid’s DNA: With so much creative talent on the pitch, defensive balance is often precarious. Lire la suite

Publicités

Real – PSG : Analyse de l’animation défensive du Real

Opposé à un Real en plein doute, Paris fait peur en Espagne. Alors que la BBC est de retour, Isco et le 4-4-2 semblent mis de côté par Zidane, qui devrait privilégier le 4-1-4-1. Analyse de l’animation défensive du Real – souvent sur un fil dans ce système.

Ramos

La joie de Ramos, qui délivre le Real à Naples, lors de la campagne 2017

Double Champion d’Europe, le Real a parfois frôlé le précipice sur la route qui l’a mené à ce back-2-back historique. A Naples – quand Mertens touche le poteau à 2-3 sur l’ensemble de 2 matchs. A Munich, quand Arturo Vidal envoie dans les étoiles un penalty qui aurait conclu le premier quart du match sur un score de 2 à 0. Même lors de la finale 2016, le Real avait cédé face au jeu de position de l’Atlético, concédant par Pepe le penalty raté de Griezmann, avant de craquer sur attaque placée.

C’est dans l’ADN du Real : avec autant de talents sur la pelouse, l’équilibre est souvent précaire, et les centraux toujours sur un fil. Lire la suite

Real Madrid 0-3 Barcelone : Valverde montre le chemin aux Parisiens

Le Clasico diurne de samedi dernier fut riche en enseignements pour le PSG. Agressif défensivement, le Real s’est heurté à un mur au moment d’attaquer, avant d’être puni en contre. Sur le plan défensif, Valverde a fait ce qu’il fallait, montrant la voie aux Parisiens face au jeu de position vertical du Real.

B9714226103Z.1_20171223132717_000+GVOAD25KH.2-0

Impeccables dans leur placement, Vermaelen et Pique ont su contrôler la profondeur face à la verticalité du Real

Le pressing haut du Real

Fait marquant de la première mi-temps : le Real est allé chercher le Barça très haut dans son camp. Pour empêcher les Catalans d’imposer leur loi dans le camp madrilène, Zidane a déployé un pressing « total » sur le 4-4-2 de Valverde.

Partout sur le terrain, les Madrilènes chargeaient les Catalans en 1 contre 1. Le Real se trouvait ainsi quasiment à 3 contre 3 derrière avec Paulinho – Suarez – Messi face au trident Ramos – Varane – Casemiro. Rapidement, le gardien du Barça Ter Stegen fut le seul homme libre sur la sortie de balle, et le jeu long sa seule option, dans une configuration qui rappelait celle du Barça – Bayern de 2015. Lire la suite

PSG – Barcelone : Emery casse le 4-4-2 catalan

Souvent en échec dans la possession cette saison, le PSG a fait exploser le pressing haut du Barça ne prenant l’initiative dès la sortie de balle, autour de Verratti et Rabiot. Avant de récolter les fruits de ce travail dans le camp adverse, avec un plan précis et adapté à l’animation défensive de son rival.

139bf9092852003a5dbfbc55a182294e

Verratti fait du dégât face au coeur du jeu Busquets – Iniesta, et Paris fait exploser le Barça en attaque placée

Sortie de balle : Double décrochage et largeur des centraux

Dès l’entame du match face à Barcelone, Paris a pris l’initiative du jeu en décidant de sortir court face au 4-4-2 à plat déployé par Luis Enrique en phase défensive. Incapables de répondre, les Catalans ont vu leurs lignes transpercées, et leur équilibre défensif mis à mal dès les premiers instants du match. Lire la suite

Man City 5 – 3 ASM : City brille dans le jeu placé, et souffre défensivement

En difficulté sur le plan défensif et face au pressing haut de l’ASM, Manchester City a brillé dans l’utilisation du ballon, en s’appuyant sur la mobilité de Silva et De Bruyne face au duo Fabinho – Bakayoko. 

david-silva

Tiémoué Bakayoko – David Silva

Difficultés de City face au pressing, et variations dans la sortie de balle

Très efficace au Parc face au PSG, le pressing haut de Monaco a également fait du dégât face à la sortie de balle de City. Sans solution courte, alors que Mbappe – Falcao et Bernardo isolaient les centraux et Yaya Touré, Caballero a parfois eu des solutions côté gauche, avec les décrochages de Silva et Fernandinho à 2v1 face à Fabinho.

Droitier, l’ancien Malagueño s’est trouvé en grande difficulté au moment d’aller orienter le jeu vers sa gauche : ses passes n’allaient pas dans le sens du jeu et – au delà de ce détail – il a commis de grosses erreurs techniques, menant notamment à l’égalisation. Lire la suite

Bayern 1-0 Benfica : Le pressing des Portugais limite le Bayern

Battus 1-0, sur un but encaissé d’entrée, les hommes de Rui Vitória rentrent d’Allemagne encore en vie, et avec la satisfaction d’avoir fait le poids face à l’ogre allemand. En posant de gros problèmes tactiques au Bayern, grâce à un 4-4-2 très bien huilé, les Portugais ont conservé leur chances de qualifications, et auraient même pu espérer mieux.

ruivi

Pizzi – Rui Vitória

Si les Benfiquistes sont parvenus à ramener un bon résultat de l’Allianz Arena, c’est avant tout grâce à leur pressing. En empêchant le Bayern de s’installer dans leur camp, les Portugais ont limité le jeu offensif des Bavarois, avant tout conçu pour faire exploser des bus retranché face à leur propre but.

Incapables de forcer les Lisboètes à ce repli massif, les Bavarois n’ont pas plus su procéder verticalement, face à une équipe ultra-compacte, qui n’a cessé de défendre en avançant grâce à une défense en zone de grande qualité en 4-4-2, dans un style qui rappelle le grand Milan de Sacchi.

Retour sur leur animation défensive dans les 3 tiers du terrain, et analyse de ce que le Bayern peut mieux faire au retour, pour profiter des risques pris audacieusement par les Portugais. Lire la suite

Juventus – Bayern Munich (1st Half): War for half-spaces

The most anticipated game of the Champions League last16 has kept its promises. In term of both entertainment, and tactical opposition. Bayern produced a stunning performance in the first half, exposing the quality and singularity of Guardiola’s game plan: intense pressure to recover possession, with adaptation to Juve’s offensive animation; and efficient positional play, surrounding Juventus bloc restraining any possibility of offensive transition for the Italians. Logically, the first half ended with Müller’s goal.

bayern-thomas-mueller-center-celebrates-5720-diaporama

Bavarians’ joy after Müller’s opener

Bayern’s pressing against Juve’s positional play

Bayern came up to Turin with a pressing shape that was adapted to Juve’s offensive animation: a 4-1-4-1 dictated by Juve’s 4-2-3-1/4-4-2:

Lire la suite

Juve – Bayern (1MT) : La guerre des half-spaces

Le 1/8e de finale le plus attendu a tenu toutes ses promesses, tant au niveau du spectacle que du combat tactique. Auteur d’une grosse performance en première période, le Bayern a récité son plan de jeu. D’abord un pressing efficace bien adapté au plan de jeu offensif de la la Juve. En suite par un jeu de position étouffant, logiquement récompensé par le but de Müller.

bayern-thomas-mueller-center-celebrates-5720-diaporama

La joie des Bavarois après l’ouverture du score du Müller

Le pressing du Bayern face au jeu de position de la Juve

Le Bayern s’est présenté à Turin avec un schéma de pressing adapté à l’animation offensive de la Juve = Un 4-1-4-1, calqué sur le 4-2-3-1/4-2-2-2 de la Juve, avec Lire la suite

Juventus – Bayern : Preview tactique

Sommet tactique des 1/8e de finale, ce Juve – Bayern est cela dit terni par les nombreuses absences de chaque côté. En 4-4-2 sans Chiellini, la Juve sera à l’épreuve du jeu placé du Bayern, 10 jours après avoir contenu celui du Napoli dans un match étriqué. Pour les Bavarois, c’est un test sans rattrapage, et l’occasion de démontrer la multiplicité de leurs plans offensifs face à une équipe et un manager relativement imprévisibles.

1795541-37908118-1600-900

Thiago Alcantara – Robert Lewandowski

La Juve à 4…

Principal enjeu de l’avant match (pouvant rendre cette article totalement hors de propos) : l’absence ou non de Chiellini. Max Allegri a laissé planer le doute au sujet de son central. S’il n’est pas aligné (option la plus probable), la Juve jouera en 4-4-2 comme elle l’a fait face au Napoli et à Bologne vendredi soir. Lire la suite

Bayer 0–0 Bayern : Le Bayern bloqué par le pressing de Schmidt

En dépit du score nul et vierge sur lequel ils se sont quittés, le Bayer Leverkusen et le Bayern Munich ont offert un spectacle très intéressant dimanche dernier à la BayArena. En allant chercher le Bayern très haut dans son camp, Roger Schmidt a posé de gros problèmes à Pep Guardiola, qui s’était pourtant organisé de manière à casser le pressing du coach allemand.

schmidt

Roger Schmidt / Pep Guardiola

L’organisation du Bayern  

Face au 4-4-2 à plat de Schmidt, Guardiola a également opté pour une défense à 4 (Alaba – Badstuber – Kimmich- Lahm). Devant elle se tenait le double-pivot Xabi Alonso – Vidal. Coman et Robben évoluaient sur chaque aile et Douglas Costa joignait Lewandowski en tant qu’attaquant axial droit, dans une position un peu plus basse (et avec plus de mouvement vers l’extérieur) que le Polonais. Lire la suite