Archives de Tag: Simeone

Real Madrid 4-1 Atlético Madrid : La Decima au finish

L’Atléti a craqué dans les arrêts de jeu et le Real a conquis sa dixième Ligue des Champions à Lisbonne. Neutralisé en première mi-temps, Madrid est revenu après les entrées de Marcelo et Isco et le repositionnement de Modric. Epuisée, l’équipe de Diego Simeone a peut-être payé l’énorme dépense d’énergie inhérente à son plan de jeu.

Real Madrid v Atletico de Madrid - UEFA Champions League Final

La joie du Real Madrid, champion d’Europe 12 ans après.

Des fautes, des longs ballons, des coups, du repli et deux buts sur corner. Cette finale 100% Madrilène n’a pas vraiment la consacré le football espagnol dans sa dimension la plus esthétique. Lire la suite

Publicités

Ancelotti – Simeone, la victoire du contre-modèle ?

Carlo Ancelotti et Diego Simeone se retrouvent ce soir en finale de Ligue des Champions. D’une façon différente, ils incarnent – comme d’autres – une certaine rupture avec le modèle hispanisant qui domine le football depuis 2008. S’il serait peu pertinent d’user de résultats bruts pour défendre la supériorité d’une conception du jeu sur une autre, ces derniers mois ont permis de dégager une tendance. Essayons de la saisir.

A7wVZa7CMAEFaOI.jpg-large

Carletto dubitatif.

L’Atléti sera surement décrite avant la finale comme une formation offensive. Une équipe espagnole au jeu mélodieux et au pressing médiéval. De nobles guerriers qui ont mis à genoux le plus infâme des bétonneurs dans sa propre maison, forcé de déposer les armes face à sa propre barricade.  Lire la suite

Chelsea 1-3 Atl. Madrid : L’Atlético à la hauteur dans l’attaque placée

« Parfois vous devez simplement accepter que la meilleure équipe a gagné ». Gianfranco Zola a parfaitement analysé la supériorité de l’Atlético sur ce match retour. Plus que d’avoir donné une véritable leçon tactique à Chelsea et à Mourinho, le mérite des hommes de Diego Simeone est tout simplement d’avoir été la meilleure équipe sur le terrain. Celle qui a produit le meilleur football d’attaque, et qui n’a jamais eu peur de le faire.

joiebut

Diego Costa, auteur du penalty décisif.

Privé de Lampard et Mikel, Mourinho a posé son habituel 4-2-3-1, mais la plus grosse surprise est venue de l’absence d’Oscar. Azpilicueta a commencé à une place inattendue de milieu droit alors qu’Hazard a pris place sur la gauche, tandis que Willian jouait derrière Fernando Torres. En face, Adrian épaulait Diego Costa devant et Thiago a pris place au milieu aux côtés de Mario Suarez, pour palier l’absence de Gabi. Lire la suite