Archives de Tag: 433

PSG 1-2 Real Madrid : Masterclass défensif de Ramos et Varane

  • Paris a créé une supériorité numérique sur sa relance grâce à Verratti et Motta
  • Paris a créé plusieurs situations d’égalité numérique face aux défenseurs madrilènes
  • Varane et Ramos ont contenu Cavani et Mbappe athlétiquement et techniquement
  • Les défenseurs du Real ont parfaitement géré les situations de déséquilibre
PSG-vs-real-Madrid

Cavani capturé par la charnière Ramos – Varane

Le milieu tournant du PSG / Verratti – Motta face au jeu

Au moment de sortir le ballon, Paris opère avec un milieu « tournant » : Entre Rabiot, Motta et Verratti, 2 joueurs se trouvent plus bas pour créer un surnombre absolu face au pressing adverse (4 joueurs : 2 stoppeurs + 2 milieu décrocheurs).

Le 3e milieu se glisse – en théorie – un cran plus haut, pour être servi dans le dos d’un éventuel cœur du jeu à 2, aspiré par cette sortie de balle. Lire la suite

Publicités

Real – PSG : Analyse de l’animation défensive du Real

Opposé à un Real en plein doute, Paris fait peur en Espagne. Alors que la BBC est de retour, Isco et le 4-4-2 semblent mis de côté par Zidane, qui devrait privilégier le 4-1-4-1. Analyse de l’animation défensive du Real – souvent sur un fil dans ce système.

Ramos

La joie de Ramos, qui délivre le Real à Naples, lors de la campagne 2017

Double Champion d’Europe, le Real a parfois frôlé le précipice sur la route qui l’a mené à ce back-2-back historique. A Naples – quand Mertens touche le poteau à 2-3 sur l’ensemble de 2 matchs. A Munich, quand Arturo Vidal envoie dans les étoiles un penalty qui aurait conclu le premier quart du match sur un score de 2 à 0. Même lors de la finale 2016, le Real avait cédé face au jeu de position de l’Atlético, concédant par Pepe le penalty raté de Griezmann, avant de craquer sur attaque placée.

C’est dans l’ADN du Real : avec autant de talents sur la pelouse, l’équilibre est souvent précaire, et les centraux toujours sur un fil. Lire la suite

France 2-0 Nigéria : Les Bleus tremblent et Griezmann change le match

Les Bleus sont en quart de finale, et c’est bien le principal, quand on sait d’où ils viennent. Mais au regard du contenu, il y a des choses à dire : La France a eu peur, a souffert pendant les deux premiers tiers du match, et n’a retrouvée la maitrise qu’après l’entrée de Griezmann.

Eneyama craque, et les Bleus filent vers le top 8 mondial.

Eneyama craque, et les Bleus filent vers le top 8 mondial.

Entame stressante

Tactiquement, la première mi-temps fut nivelée par le bas. La France, comme le Nigéria était coupée en deux et souffrait d’une très mauvaise transition défensive. C’est ce qui explique les nombreuses situations dangereuses du début de match, le tout faisant planer une atmosphère très stressante sur la rencontre.  Lire la suite

Ancelotti – Simeone, la victoire du contre-modèle ?

Carlo Ancelotti et Diego Simeone se retrouvent ce soir en finale de Ligue des Champions. D’une façon différente, ils incarnent – comme d’autres – une certaine rupture avec le modèle hispanisant qui domine le football depuis 2008. S’il serait peu pertinent d’user de résultats bruts pour défendre la supériorité d’une conception du jeu sur une autre, ces derniers mois ont permis de dégager une tendance. Essayons de la saisir.

A7wVZa7CMAEFaOI.jpg-large

Carletto dubitatif.

L’Atléti sera surement décrite avant la finale comme une formation offensive. Une équipe espagnole au jeu mélodieux et au pressing médiéval. De nobles guerriers qui ont mis à genoux le plus infâme des bétonneurs dans sa propre maison, forcé de déposer les armes face à sa propre barricade.  Lire la suite

Real Madrid 3-4 Barcelone : Le pressing haut de Carlo, ouvre la porte à Léo

Au terme d’un match débridé, le Barça a totalement relancé la Liga en s’imposant au Bernabeu. Profitant de l’espace créé entre les lignes par un pressing madrilène infructueux, Messi s’est régalé dans la position de faux 9 qui a fait sa légende sous Guardiola. S’il a confirmé ses lacunes défensives, le Barça a montré qu’il était toujours au niveau dans l’utilisation du ballon. Le match a basculé à l’heure de jeu avec l’expulsion de Ramos.

Bras d’honneur.

Bras d’honneur.

Que serait le football sans la loi 12 ? Plus particulièrement sans l’alinéa qui stipule que l’anéantissement d’une occasion de but manifeste doit être puni d’un carton rouge ? Sur le plan de la stratégie et de l’anticipation tactique, il serait privé de ce qui fait son essence, voire même sa supériorité intellectuelle sur les autres sports collectifs.

Lire la suite

Real Sociedad 3-1 Barcelone : contradictions et faiblesses défensives du Barça de Martino

Battu pour la deuxième fois en quatre journées de Liga, sur la pelouse de la Real Sociedad, le Barça a fait étalage de ses lacunes, et a fait preuve d’une inquiétante perméabilité. Indisciplinés sans le ballon et battus dans les airs, les Catalans ont failli défensivement. Collectivement et individuellement.

piquedecu

Gerard Pique, en difficulté dans le duel aérien, samedi face aux Basques

Après son succès mardi face à City, le Barça se présentait à Aoneta pour y défier la séduisante Real Sociedad, 5e de Liga. Adepte du turnover, Martino conservait son dispositif habituel en y opérant quelques changements. Derrière, Montoya et Adriano remplacent Alba et Alves, Bartra remplace Mascherano et au milieu, Song prend place en 6, alors que Busquets évoluait en 8. A gauche, Neymar remplace Cesc, alors que Pedro débute à droite, à la place d’Alexis. Lire la suite

Man. City 0-2 Barcelone : Pellegrini trop prudent, Martino impose sa patte

Mis à mal par un Barça ultra dominateur en première mi-temps, les hommes de Pellegrini ont tenu jusqu’au penalty concédé par Demichelis, et sanctionné d’un rouge. Si le Barça a tenu le ballon dans ses standards habituels, c’est bien une action en deux passes qui a débloqué la situation. Plus dangereux à 10 à qu’à 11, les Citizens peuvent regretter leur approche ultra-défensive, face à un Barça qui a encore une bonne marge de progression dans ce domaine.

Lionel Messi est content

Lionel Messi est content

Privé de Kun Aguero, Manuel Pellegrini surprend par son approche très prudente. A gauche il aligne ses deux latéraux disponibles et plaçant Kolarov au milieu devant Clichy dans un 4411 ultra défensif. En face, Martino aligne son équipe type, à l’exception de Neymar. Dans ce qu’il convient d’appeler un 4141, Cesc et Iniesta s’échangent les postes d’intérieur et milieu gauche, alors que le reste est classique. Lire la suite

Monaco 1-1 PSG : deux plans défensifs qui échouent

Après avoir ouvert le score, comme souvent sur coup de pied arrêté, le PSG a finalement concédé le nul à Louis II. Dans un match assez décousu tactiquement, les Parisiens ont défendu plus bas que d’habitude et ont cédé, ratant ainsi l’occasion de tuer définitivement le championnat.

Marco Verratti pressé par Rivière et James

Marco Verratti pressé par Rivière et James

Habitué à produire un football relativement offensif dans son habituel 4312, Claudio Ranieri propose cette fois-ci un 442 à plat, soucieux de boucher les côtés parisiens. Chose qu’il aurait eu du mal à faire avec son habituelle ligne de 3. Ocampos et James prennent place sur les flancs autour du duo Moutinho – Toulalan pour laisser Germain et Rivière se tenir seuls – en théorie – devant le ballon.

Côté parisien, privé de Cavani, Blanc choisit Pastore, plutôt que Lavezzi, pour accompagner Lucas et Ibrahimovic devant, dans un 433 classique. Au milieu, le trident Verratti – Motta – Matuidi prend place alors que la défense est habituelle. Lire la suite

Juve 3-0 Roma : Possession stérile et manque d’audace offensive : la Roma touche ses limites à Turin

Grâce à une grande maitrise tactique, la Juve a fait exploser la Roma dimanche soir dans le choc de la 18e journée de Serie A. En dépit d’une possession largement supérieure à celle de leurs adversaires, les Romains n’ont jamais été en mesure d’inquiéter la Vieille Dame, pénalisés par la faiblesse de leur pressing. L’équipe de Conte fonce vers son 3e Scudetto.

Arturo Vidal, buteur sur l’ouverture du score

Arturo Vidal, buteur sur l’ouverture du score

Le manque d’audace de la Roma

Si les Romains ont possédé le ballon dans les grandes largeurs, à aucun moment ils n’ont mérité de gagner le match. Face à cette Juve ultra-compacte et regroupée, ils ont terriblement manqué de pénétration et n’ont pu produire leurs échanges que dans les deux premiers tiers du terrain. Jamais ils n’ont été en mesure de déstabiliser la Juve en combinant dans le dernier tiers en prenant le parti définitif d’asphyxier la Vieille Dame. Les Romains ont souvent stationné dans le camp de la Juve, mais ils n’en ont jamais vraiment fait le siège en occupant vraiment en nombre, ou en osant (pouvant) combiner très haut. Une fois arrivé dans les 30 derniers mètres, leurs échanges étaient précipités, et toutes les passes étaient faites vers l’avant. Lire la suite

Paris 4-0 Lyon : Blanc passe en 442 et Paris dynamite l’OL

Bloqué en début de match par la défense à 5 de l’OL, Paris a repris le contrôle en passant en 442 à la demi-heure de jeu. Lucas a joué à droite et Pastore à gauche, comme c’était le cas l’an dernier. Cette réorganisation a permis au PSG d’écarteler l’OL en largeur et de le suriner en profondeur, notamment grâce à un récital de Verratti et à la position axiale de Cavani. Car si Paris a marqué tous ses buts sur coups de pieds arrêtés, c’est bien dans le jeu qu’il a fait la différence. 

Cava et Ibra, associés en attaque

Cava et Ibra, associés en attaque

Début de match : 433 < 532

L’OL arrive au Parc en 532, avec le même plan qu’il y a un an. Comme souvent cette année, Paris a travaillé l’Olympiakos en largeur mercredi, Van der Wiel et Maxwell prenant une part prépondérante dans le 352 de Blanc en phase offensive. Dans cette configuration, les latéraux sont les premiers visés par les premier relanceurs. Garde l’a bien compris et place Bedimo sur Van der Wiel et Miguel Lopes sur Maxwell. Lire la suite