Monaco 1-1 PSG : deux plans défensifs qui échouent

Après avoir ouvert le score, comme souvent sur coup de pied arrêté, le PSG a finalement concédé le nul à Louis II. Dans un match assez décousu tactiquement, les Parisiens ont défendu plus bas que d’habitude et ont cédé, ratant ainsi l’occasion de tuer définitivement le championnat.

Marco Verratti pressé par Rivière et James

Marco Verratti pressé par Rivière et James

Habitué à produire un football relativement offensif dans son habituel 4312, Claudio Ranieri propose cette fois-ci un 442 à plat, soucieux de boucher les côtés parisiens. Chose qu’il aurait eu du mal à faire avec son habituelle ligne de 3. Ocampos et James prennent place sur les flancs autour du duo Moutinho – Toulalan pour laisser Germain et Rivière se tenir seuls – en théorie – devant le ballon.

Côté parisien, privé de Cavani, Blanc choisit Pastore, plutôt que Lavezzi, pour accompagner Lucas et Ibrahimovic devant, dans un 433 classique. Au milieu, le trident Verratti – Motta – Matuidi prend place alors que la défense est habituelle.

Zone Libre

Au 433 de possession du PSG, l’ancien coach romaniste oppose donc un 442 en zone. Mais à l’initiative d’un James trop attiré par le ballon, la ligne de 4 se désagrège et n’offre aucune garantie à une ASM flottante et hésitante. Plutôt que de couvrir son côté, comme le voudrait son rôle, le Colombien veut faire le premier pressing à la place de ses avants.

Ocampos fait plus ou moins la même chose et cela offre à Paris l’occasion de joindre ses ailiers et latéraux assez facilement. Jamais on ne voit le Colombien et l’Argentin stationner véritablement derrière les latéraux adverses. Tout cela offre une ASM bizarrement organisée défensivement, et des joueurs qui ne savent pas s’ils doivent défendre en avançant ou en reculant. Tant est si bien qu’on peine à deviner les formes de ce qui devrait être un 442.

Fabinho devant Pastore, James devant le ballon et devant tout le monde ; durant les 10 première minutes, la zone monégasque est un désastre. Mal à l’aise dans ce système nouveau et contre-nature, les Rouges et Blancs ne protègent pas efficacement leur moitié de terrain et cèdent très tôt sur CPA.

Fabinho devant Pastore, James devant le ballon et devant tout le monde : Durant les 10 première minutes, la zone monégasque est un désastre. Mal à l’aise dans ce système nouveau et contre-nature, les Rouges et Blancs ne protègent pas efficacement leur moitié de terrain et cèdent très tôt sur corner.

Paris fait comme d’habitude durer la phase de préparation et trouve facilement la passe verticale, loin d’être contrarié par une équipe monégasque totalement inefficace dans cette forme défensive nouvelle. L’indiscipline de James et les inspirations verticales du trident Maxwell – Matuidi – Pastore font du flanc gauche le côté fort de l’attaque parisienne.

Ainsi invité à progresser sur le terrain, le PSG ne se fait pas prier pour obtenir de nombreux corners et ouvre le score logiquement dans son style le plus pur style Blanc : Une longue phase de préparation, une passe verticale pour aller chercher un latéral dans le coin, un corner obtenu, et la qualité parisienne sur coup de pied arrêtés fait la différence. Le décalage est créé relativement facilement en deux passes dans le dos de Fabinho par Silva et Pastore. Comme ce fut le cas à l’aller, la zone à plat de Ranieri a complètement échoué et condamne son équipe à courir après le score dès l’entame. Même après son réveil, Monaco continuera à se mettre en danger pour les mêmes raisons.

Le pressing de Monaco / la relance parisienne gênée

Ce but est presque salvateur pour l’ASM, tant elle semblait en avoir besoin pour véritablement se lâcher. Les joueurs de Ranieri ont semblé assez stressés par l’évènement (10 fautes en première mi-temps). Il a fallu attendre que son équipe soit menée pour qu’elle mette enfin les ingrédients nécessaires pour faire vaciller ce PSG-là : Du jeu direct, de l’agressivité et du pressing sur la première relance.

Pendant 10 minutes minutes après l’ouverture du score, la phase de préparation parisienne, d’ordinaire si (laissée) tranquille va être perturbée par l’agressivité de Germain et Rivière, suivis par leur milieu alors que le ballon peinait à sortir. L’énorme occasion créée par Ocampos après un ballon gagné sur Verratti (13’) en est la meilleure illustration. Paris recule et les occasions se multiplient pour l’ASM à l’initiative de cette bonne agressivité offensive.

Les monégasques pressent haut après l’ouverture du score, et font largement le nombre avec la relance parisienne. Mis sous pression et privé de solution, Verratti cède au pressing d’Ocampos et Paris vacille. Motta avait essayé de sortir sur VdW juste avant cette séquence, mais avait du battre en retraite face au pressing monégasque.

Les monégasques pressent haut après l’ouverture du score, et font largement le nombre avec la relance parisienne. Mis sous pression et privé de solution, Verratti cède au pressing d’Ocampos et Paris vacille. Motta avait essayé de sortir sur VdW juste avant cette séquence, mais avait du battre en retraite face au pressing.

Dans un match assez fou-fou et décousu tactiquement, Monaco s’accroche et reste dangereux au prix d’une grosse dépense d’énergie, ce qui explique peut-être la faible intensité de la seconde période. Pour autant, l’ASM reste toujours en danger et son bloc ne donne jamais l’impression d’en être un. Au mieux, sept joueurs sont derrière le ballon et Ocampos et James ne gênent que trop peu Lucas, Van der Wiel et Maxwell. Ibrahimovic, puis Pastore auraient pu tuer le match en profitant de ce manque d’assise défensive.

Finalement, d’une façon assez surprenante, le plan défensif du PSG est plus prudent que celui de Monaco.

La défense basse de Paris sanctionnée

Paris a défendu beaucoup plus bas que d’habitude. C’était surement une demande de Laurent Blanc en prévision de la vitesse de Monaco devant (Rivière, James, Ocampos). Mais c’est aussi et surtout le scénario du match et l’intensité du pressing monégasque qui ont dicté cette conduite. Les Parisiens ont souvent dégagé de très bas sur le terrain et ont beaucoup contré les tentatives des rouge et blanc depuis l’intérieur de leur surface, à l’image de Thiago Silva. Paris craque sur un CSC de son capitaine, mais on ne peut pas parler de coup du sort. Quand on défend en reculant en concédant trop de tirs, le contre-pied fatal n’est jamais loin, l’Atléti en a fait l’amère expérience cette semaine à Bernabeu.

Souvent, le PSG a opposé 9 joueurs aux attaques monégasques, s’organisant en 4141 avec le seul Ibra déchargé des tâches défensives. Paris va continuer à s’appuyer sur cette méthode dans une deuxième mi-temps bien moins plaisante que la première. Elle voit les deux équipes poser des séquences de possession assez molles sans trop se gêner mutuellement avant l’égalisation. Quand le ballon fut récupéré, l’équipe de Laurent Blanc a plus basculé en attaque placée, que véritablement transité en contre. Avec 3 milieux plutôt que 2 derrière le ballon, les courses verticales de Matuidi sont indispensables pour la transition.

parisdefendbas

Le but Monégasque est marqué sur attaque placée, dans des conditions relativement inquiétantes : La coopération Menez – Maxwell est désastreuse sur l’action qui amène le centre fatal de Fabinho. Maxwell sort, alors que son partenaire défend intérieur, laissant le champ libre à l’ancien Madrilène pour centrer. Même chose sur l’énorme occasion de la 88e avec un décalage créé dans des circonstances similaires. Si ce n’est que cette fois-ci, les deux défendent intérieur…

Au delà des changements de Blanc, ces approximations pose une question importante pour ce PSG en vue de ses objectifs prochains : Peut-on s’improviser en équipe défensive quand on a passé sa saison à vouloir tenir le ballon ?

Dans les 20 dernières minutes, Monaco trouve la largeur offensive face la mauvaise organisation défensive d’un PSG friable sur attaque placée.

Dans les 20 dernières minutes, Monaco trouve la largeur offensive face la mauvaise organisation défensive d’un PSG friable sur attaque placée.

Deux plans défensifs qui échouent 

Finalement le PSG rate l’occasion de tuer le championnat et Monaco celle de revenir sur lui. Au terme d’un match assez décousu et nivelé par le bas tactiquement entre deux équipes qui ont joué (et surtout défendu) contre nature. Point commun entre Blanc et Ranieri : ils ont tenté un coup, et cela n’a pas marché. Dire que l’on a assisté à un match de niveau Ligue des Champions, ce serait dire un mensonge.

La première mi-temps a vu Paris profiter d’une entame monégasque très approximative défensivement pour marquer sur corner, avant que le pressing ne mette à mal la méthode parisienne, pourrissant sa première relance avec efficacité. Comme à l’aller, Ranieri (ou l’indiscipline de ses joueurs de côté) a plombé le début de match de son équipe par une zone mal exécutée.

Si Paris aurait pu gagner, la réaction immédiate de Monaco après le but a mis en lumière les limites du plan type de Blanc et de sa trop longue cuisine derrière la ligne médiane. Après cela, le PSG s’est également essayé à un plan défensif nouveau : Une défense basse assez Ancelotti, l’organisation en moins. A l’image des approximations du duo Menez-Maxwell en deuxième mi-temps, et après quelques séances de bricolage en première. Un switch défensif plutôt raté donc, même si un nul à Monaco est tout sauf déshonorant sur le papier.

Le PSG a concédé 16 tirs et trop d’occasions franches, dans un match que tout le monde attendait de le voir gagner. Histoire d’assurer le titre, et de s’offrir enfin un gros avant de partir à la conquête de l’Europe.

Victor

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s