Archives de Tag: verticalité

Analyse du RB Leipzig : Contrer contre le contre

  • L’équipe d’Hasenhütl joue un football totalement atypique, ultra-vertical
  • Les phases de transition sont au cœur de leur plan de jeu
  • L’équipe défend pour bien contre-attaquer…
  • … Et attaque pour ne pas se faire contrer
DWHGiloWsAAPpyb

Timo Werner, leader offensif d’une équipe explosive

S’il n’est pas rare de voir Hasenhütl adapter son schéma selon les circonstances (433/3412), son système préférentiel reste le 442 classique. Schéma qui devrait être reconduit face à l’OM.

Un système conçu pour défendre en zone, et bien contre-attaquer.

Au delà de cette approche minimaliste, le technicien autrichien a développé un modèle de jeu totalement atypique et très contrariant pour l’adversaire. Lire la suite

Publicités

Bayern – Real : Le Bayern a-t-il vraiment été trop Guardiolien à Madrid ?

Battu 1-0 lors de la première manche, le Bayern accueille ce soir le Real Madrid avec l’obligation de réaliser un match parfait. Globalement, la défaite concédée en Espagne fut l’occasion pour un certain nombre d’observateurs de pointer du doigt la manière dont Guardiola fait jouer ses équipes, après une nouvelle partie à plus de 600 passes. Un Bayern trop barcelonais, trop guardiolien. Vraiment ?

Pep Guardiola sous pression avant le retour à Munich.

Pep Guardiola sous pression avant le retour à Munich.

Dans l’animation : Oui

L’énorme séquence de possession des 10 premières minutes en est le parfait symbole : le Bayern a manqué de tranchant au Bernabeu. Tous les habituels arguments anti-tiki-taka étaient légitimement de sortie : Beaucoup d’échanges, mais finalement peu de danger, et pas vraiment de déséquilibre créé, face à un bloc bien préparé et et armé en contre. Lire la suite

Le Barça nouveau de Tata Martino

« Avec Pep et Tito, nous étions esclaves du tiki-taka ». Les mots sont forts, et ils sortent de la bouche de Gerard Pique, dans la Gazetta dello sport cette semaine. Dans la même interview, le défenseur espagnol louait les avantages du jeu long, et se félicitait de l’arrivée d’un coach non-catalan, plus enclin à tenter de nouvelles expériences. Les paroles ont été suivies des actes. Face à l’Ajax, le Barça n’a possédé le ballon qu’à 55%. Une misère, comparée au dictats de ces dernières années. Evidemment, c’était volontaire. Le Barça est mort. Vive le Barça !

FC-BARCELONA-AJAX-FOTO-MANEL-M_54387744505_54115221154_600_396

Dans le paquet, Javier.

Pendant les années Tito-Guardoliennes du Barça, l’équipe avait l’habitude de cumuler entre 700 et 800 passes par match, et de maintenir sa possession entre 70 et 80%. Hier, face à l’Ajax, les Catalans n’en ont échangées que 576. Un renoncement relatif au tiki taka symbolisé par l’absence de Xavi, LE joueur qui incarne sur Terre cette approche du jeu. Moins obsédés par le jeu court, moins possesseurs du ballon et plus patients au moment de le récupérer, les hommes de Tata Martino ont montré un visage tout-à-fait nouveau face à l’Ajax. N’ayons pas peur des mots. Tant dans l’approche défensive que dans l’animation offensive, c’est à une petite révolution que nous avons assisté. Lire la suite