Archives de Tag: marseille

Analyse du RB Leipzig : Contrer contre le contre

  • L’équipe d’Hasenhütl joue un football totalement atypique, ultra-vertical
  • Les phases de transition sont au cœur de leur plan de jeu
  • L’équipe défend pour bien contre-attaquer…
  • … Et attaque pour ne pas se faire contrer
DWHGiloWsAAPpyb

Timo Werner, leader offensif d’une équipe explosive

S’il n’est pas rare de voir Hasenhütl adapter son schéma selon les circonstances (433/3412), son système préférentiel reste le 442 classique. Schéma qui devrait être reconduit face à l’OM.

Un système conçu pour défendre en zone, et bien contre-attaquer.

Au delà de cette approche minimaliste, le technicien autrichien a développé un modèle de jeu totalement atypique et très contrariant pour l’adversaire. Lire la suite

Publicités

OM 2-3 OL : Analyse des points faibles défensifs de l’OM

Battu au Velodrome par Lyon, l’OM a payé sa faiblesse face au jeu placé de l’adversaire. Incapable d’empêcher les Lyonnais d’avancer sur le terrain, les Marseillais ont confirmé les limites qui les empêchent de battre les gros jusqu’à présent.

5aaef3d65580f

Adil Rami jouant les pompiers de service après un ballon perdu dans l’axe

Face au jeu de position : un bloc passif et une défense basse

En phase défensive face à l’OL, les Marseillais ont montré des limites, plus ou moins corrélées, sur toutes les lignes de leur bloc.

La première (Germain – Payet) de ce 4-4-2 était assez passive sans le ballon. Il n’y avait pas spécialement de plan pour empêcher Tousart, Marcelo et Morel de profiter du 3 contre 2 naturellement créé par le 4-3-3 lyonnais, pour trouver un homme libre, et ainsi facilement sortir le ballon. Lire la suite

OM 2-3 PSG : 3 faits tactiques du Classico

Dans un Vélodrome surchauffé, Paris a sûrement écarté l’OM de la course au titre. Une partie à l’image de l’OM de Bielsa : généreux offensivement, mais puni par la faiblesse de son arrière garde et de sa transition défensive, dans un système d’attaque indissociable de la prise de risque.

Ni Morel ni Fanni n'arrivent à contenir Zlatan et Matuidi, et l'OM craque sur coup-franc

Ni Morel ni Fanni n’arrivent à contenir Zlatan et Matuidi, et l’OM craque sur coup-franc

  1. Motta – Verratti : marquages et démarquages

C’était déjà un fait tactique du match aller : La victoire de la relance parisienne sur le pressing marseillais. Ça a été dit et re-dit : Bielsa base son système sur une individuelle stricte Lire la suite

L’Excès d’adaptation, côté sombre de Bielsa ?

Déjà battu 2 fois en 3 rencontres depuis la reprise, l’OM marque clairement le pas en 2015. Tout est planifié chez Bielsa, et son emprise sur son groupe est totale. Impossible d’analyser cette baisse de régime sans parler de sa stratégie.

Café serré / marquage strict

Café serré / marquage strict

Marcelo Bielsa est incontestablement l’un des entraîneurs les plus intéressants de la planète. Ses idées de jeu sont tranchées et ses équipes reflètent toujours sa personnalité : tenaces, travailleuses et organisées selon un plan très précis, avec et sans le ballon. Lire la suite

PSG – OM : Bielsa à l’épreuve du talent

En 3 mois, la France a appris à connaître l’OM de Bielsa. Ses marquages, ses centres, ses surnombres. Marseille a enchainé 8 succès, mais à Gerland, face à la qualité de Gourcuff et Lacazette, l’OM a craqué, en continuant à produire. Le Parc constitue une épreuve encore plus dure pour cette équipe qui fatigue. Les principes de Bielsa feront-ils le poids face au talent du PSG ?

Verratti et Imbula, facteurs X des milieux parisiens et marseillais cette saison

Verratti et Imbula, facteurs X des milieux parisiens et marseillais cette saison

Quelle approche défensive pour l’OM face au 433 ?

Difficile de trouver dans le parcours des phocéens cette saison, un point de repère pour anticiper leur organisation défensive pour ce Classico. En Ligue 1, Marseille n’a pas encore joué de 433 à pointe basse (4123), et encore moins avec un 9 qui décroche. Lire la suite

Lyon 1 – 0 Marseille : Gourcuff arrache l’Olympico

Dans un match d’une grande qualité tactique, l’OL de Fournier a finalement arraché l’Olympico. L’OM de Bielsa a mis du temps à se mettre en place, bien pressé par le 4312 lyonnais. Les Marseillais ont repris le contrôle de la partie, avant de céder au moment ou l’OL était le plus proche du K.O. Analyse en 4 quart-temps.

Mandanda et Imbula dans le vent, Gourcuff fait basculer le match.

Mandanda et Imbula dans le vent, Gourcuff fait basculer le match.

Premier round OL

L’OL a parfaitement réussi son entame de match. Positionnés comme à leur habitude en 4312, les Lyonnais ont imposé un gros pressing à l’OM. Lire la suite

Vidéo : Le pressing de l’OM à Reims

OM 4-2 OL : Marseille plus compact et plus vertical, rend la possession lyonnaise (presque) stérile

C’est dans l’air du temps en ce moment : la verticalité a triomphé de la latéralité au stade Vélodrome. En laissant le ballon aux Lyonnais et en restant compacts dans leur moitié de terrain, les hommes de José Anigo ont rendu la possession lyonnaise stérile, avant de concrétiser cette solidité en attaque rapide. Si l’OM n’est pas parvenu à rendre une copie parfaite défensivement, c’est bien sur sa supériorité dans ce domaine qu’il a bâti son succès.

Gignac prend le meilleur sur Gonalons et concrétise les efforts défensifs de son bloc

Gignac prend le meilleur sur Gonalons et concrétise les efforts défensifs de son bloc

Lire la suite

PSG 2-0 OM : Paris contrôle, Marseille s’expose

Dans un match qui pouvait sceller le sort de la Ligue 1, le PSG a finalement triomphé assez tranquillement de son éternel rival. L’OM a surpris par une entame audacieuse, avant de céder en deuxième mi-temps, son équilibre étant de plus en plus précaire au fil des minutes. 

romao

Mauvais pressentiment.

Comme souvent ces dernières semaines, on a beaucoup spéculé avant le match sur l’organisation tactique de l’OM. On a parlé d’un 433 dit « offensif ». José Anigo pose finalement une sorte de 4411 avec Payet et Thauvin autour du duo Ayew-Romao dans le cœur du jeu, alors que Valbuena suppléait Gignac devant. Côté Parisien, le 433 classique, à l’exception de Lucas, toujours présent à droite à la place de Cavani, qui a célébré son retour par un but. Lire la suite