L’équilibre de l’Atlético à l’épreuve du Barça

Même si elle a fini le match au bord de la rupture, l’Atlético a ramené de Catalogne un précieux match nul, en marquant à l’extérieur. Privés de Diego Costa après une demi-heure, les Colchoneros ont frappé les premiers par Diego, de 35m. Le Barça est revenu par Neymar, juste après que Martino l’ait repositionné à gauche.

Le penseur.

Le penseur.

Compact verticalement

Diego Simeone est un entraineur différent. Issu du côté obscur de l’école argentine, il accepte totalement l’idée de ne pas avoir le ballon. Il a même bâti tout son équilibre collectif sur cette idée. Son équipe défend très bas, mais elle est extrêmement compacte verticalement : Jamais plus de 15m entre la défense et le milieu, parfois dix, parfois 5. Les lignes madrilènes se resserrent à mesure que la possession adverse se rallonge. Ce plan a une double efficacité : empêcher le jeu entre les lignes, ce que Guardiola appelle le « contact », avec le faux 9 (ou seulement le créateur) adverse, mais également réduire la distance entre la ligne défensive et Thibaut Courtois. Plus la possession dure, plus il est difficile pour l’organisateur adverse de jouer à la fois entre les lignes, et dans la profondeur, dans le dos de la défense.

Capture d’écran 2014-04-07 à 19.15.29

Les Colchoneros s’offrent même le luxe de couvrir tout le terrain sur certaines séquences. Mardi dernier, le jeu au pied de Pinto a surement été identifié comme un des points faibles de l’adversaire, ce qui a provoqué des moments de pressing total, notamment en début de match.

Les compositions du match aller. Le Barça joue sur la largeur dans son 433 traditionnel, alors que l'Atlético oppose sa double ligne de 4 derrière le duo Villa-Costa. Le néo-Espagnol, blessé, cèdera sa place à Diego.

Les compositions du match aller. Le Barça joue sur la largeur dans son 433 traditionnel, alors que l’Atlético oppose sa double ligne de 4 derrière le duo Villa-Costa. Le néo-Espagnol, blessé, cèdera sa place à Diego.

Verticalité et percussion en seules alliées du Barça ?

Dans ces conditions pour Barcelone lors du match aller, il est quasiment impossible de créer le décalage en usant seulement de la passe et de l’appel. La plus belle, (pour ne pas dire la seule) occasion du Barça en première mi-temps est pour Iniesta. Le Barça l’obtient (un peu comme à City) sur le contre d’un contre : sur le turn-over d’un turn-over. L’Atlético défend comme elle sait le faire, Villa coupe une passe à 25m de ses buts (1er turn-over), veut servir Costa dans l’axe, mais Mascherano jaillit (second turn-over). Messi se saisit du ballon et dribble Miranda en reculant avant de servir dans la profondeur Iniesta qui profite de la sortie de ce même Miranda pour plonger dans sa zone. Profiter du déséquilibre au moment de l’explosion pour créer le danger.

Dans l’action décrite ci-dessus, il n’y a qu’un dribble et une passe en profondeur après la récupération. Pour déséquilibrer l’Atlético, le Barça n’a d’autres choix que de percuter et de rendre plus rapide son animation.

Compact horizontalement

L’Atlético défend d’une façon assez particulière. Compacte verticalement, mais également horizontalement. Ce qui la différencie d’un 4231 classique de contre-attaque comme celui d’un Mourinho ou d’un Ferguson, c’est le rôle défensif de ses latéraux. Dans le système de Diego Simeone, ce sont eux qui donnent la largeur sans le ballon. Ce travail de compensation est plus souvent alloué aux milieux latéraux des 4231 (Hazard ou Willian), ou même aux attaquants intérieurs d’un 433 (Cavani). Pendant que Felipe Luis (à gauche) et Juanfran (à droite), viennent se coller à leur adversaire direct respectif, le milieu reste assez compact horizontalement et pour priver le Barça de solution axiale.

Dans le système de Simeone, ce sont les latéraux qui donnent la largeur défensive, alors que le milieu reste assez compact horizontalement.

Dans le système de Simeone, ce sont les latéraux qui donnent la largeur défensive, alors que le milieu reste assez compact horizontalement.

Le but de Diego n’était pas un miracle

Le plan de l’Atlético ne se résume pas seulement à préserver le dernier tiers du terrain comme un château-fort en attendant le miracle, ou le tout droit de Diego Costa. Surtout quand il n’est pas (plus) là. Le but sensationnel inscrit par Diego au Nou Camp mardi dernier peut sembler tomber du ciel : le coup franc obtenu avant la frappe est pourtant le fruit d’un énorme pressing.

Gabi sort de sa zone avec agressivité pour presser dans le dos de Cesc, à la réception d’une passe d’Alba. L’ancien Londonien remet en retrait au latéral de la Roja, mais Gabi poursuit son effort : l’ancien Valencien est poussé à la faute. Il tente de trouver Cesc sur sa gauche, mais Arda Turan suit le mouvement et récupère le ballon. Gabi va chercher Villa un peu précipitamment et voir sa passe coupée par Mascherano, mais le contrôle du petit chef est un peu long.

S’en suit un exemple type de guerre du milieu dans lequel la compacité horizontale de l’Atlético va faire la différence : Mascherano, Diego, Mascherano, Busquets, Thiago ; Koke surgit, Messi doit même le tacler, mais Diego a le dernier mot et Iniesta doit faire une grosse faute. Au moment ou le Brésilien se sait du ballon, l’Atlético n’a pas vraiment créé un surnombre au milieu (4 contre 4) mais 3 de ses joueurs sont plus proches du ballon que leurs opposants blaugrana.

La bagarre générale,  finalement gagnée par l'Atlético.

C’est l’efficacité du pressing « fourmi » de Simeone qui fait la différence. Plus proche les uns des autres à la perte du ballon, les Matelassiers prennent les Barcelonais à leur propre jeu à ce moment-là. Ils seront récompensés quelques secondes plus tard. Il est un peu ironique que Messi réussisse un beau tacle glissé sur cette action : Quand Mascherano perd le ballon, son alter-égo adverse Diego s’intéresse immédiatement à la récupération et se joint à la baston. La pulga mettra 6 secondes à s’en mêler.

Neymar à gauche

Martino sort Cesc pour Alexis à la 70e minute. Iniesta retrouve son poste d’intérieur gauche alors qu’Alexis Sanchez prend celui d’ailier droit. En face, Simeone sort David Villa pour Jose Sosa et passe en 4141, comme il l’avait fait contre Milan au retour. Gabi prend le poste de 6, alors que Koke devient intérieur. Cette organisation offre – en théorie – plus de largeur défensive et de solidité à l’Atléti, le (4+4 se transformant en 4+1+4), mais elle pénalise sa transition.

La réorganisation des deux équipes après l'ouverture du score. Martino sacrifie Cesc pour faire passer Neymar à gauche, Iniesta dans l'axe et Alexis à droite. En face, Simeone passe en 4-1-4-1-0, avec un milieu renforcé par Sosa et garni d'un 6 de plus (Gabi), Koke devenant axial.

La réorganisation des deux équipes après l’ouverture du score. Martino sacrifie Cesc pour faire passer Neymar à gauche, Iniesta dans l’axe et Alexis à droite. En face, Simeone passe en 4-1-4-1-0, avec un milieu renforcé par Sosa et garni d’une sentinelle (Thiago), Koke devenant axial.

Sur l’action qui précède l’égalisation, Messi – totalement privé d’espace – est bien pris par Thiago, positionné en pointe basse de ce milieu à 5. Problème : quand Arda récupère le ballon, il n’a quasiment aucune solution offensive. Alexis lui vole le ballon, Busquets trouve Iniesta qui va trouver Neymar. Finalement, le Barça parvient à scorer en attaque placée en utilisant l’espace décrit plus haut entre le latéral et son stoppeur le plus proche. Deux ballons touchés sur le côté gauche en deux minutes : un coup franc obtenu et un but pour Neymar qui finit du plat du pied après un excellent appel oblique dans le dos de Juanfran.

L'égalisation de Neymar : Iniesta profite de l'espace entre le latéral (ici Juanfran) et son stoppeur le plus proche (Miranda) pour offrir l'égalisation à Neymar.

L’égalisation de Neymar : Iniesta profite de l’espace entre le latéral (ici Juanfran) et son stoppeur le plus proche (Miranda) pour offrir l’égalisation à Neymar.

Vraiment en position de force ?

L’Atléti va terriblement soufrir pendant les 20 dernières minutes, troublé notamment à droite par appels axiaux de Sanchez et les montées d’Alves. Sans un très grand Courtois, elle n’aurait pas tenu. Extrêmement solide en 442 pendant les 3/4 du match, elle a finalement craqué juste après être passée dans sa configuration la plus défensive (41410). C’est à la fois paradoxale et logique, tant l’équilibre de Simeone est précaire, et tant l’écart de qualité est grand entre ces deux équipes sur le plan individuel. Avec un joueur de plus pour défendre et un joueur de moins pour attaquer, Cholo a perdu son équilibre, rendant quasiment impossible sa transition défense-attaque. Le 4141 est une carte risquée pour ces raisons. Si l’Atléti est toujours qualifiée à l’heure de jeu mercredi, Cholo devra la sortir au bon moment.

La présence de Diego Costa au retour n’est pas acquise, mais Raul Garcia sera là. L’opposition radicale de de style et de philosophie, l’énorme enjeu et la perspective de voir le favori en difficulté rendent le match retour très excitant. Il sera intéressant de voir comment Simeone va faire pour conserver ce fameux équilibre défensif.

La règle du but à l’extérieur provoque une situation stressante : la qualification peut changer de camp sur un but. S’arquebouter à un 0-0 (qui les qualifierait) serait risqué de la part des Matelassiers. Le Barça a les moyens d’égaliser face à eux, mais la réciproque n’est pas forcément vraie.

Face à Simeone, les choix de Martino seront également très intéressants à suivre. On l’a constaté à l’aller : face au « bus » de l’Atlético, l’attaque placée est souvent vaine. Mardi, Tata avait dû sortir Fabregas pour que Neymar puisse occuper un couloir gauche dans lequel il s’est immédiatement montré efficace et décisif. Il a lui même reconnu il y a quelques jours qu’il « sacrifiait » le crack brésilien en le positionnant à droite. Se passer de sa capacité de percussion est un risque que Martino est presque obligé de prendre. A ses risques et périls ?

Victor

Publicités

4 réponses à “L’équilibre de l’Atlético à l’épreuve du Barça

  1. Pingback: Atlético 1-0 Barcelone : L’équilibre par le pressing haut | premièretouche

  2. Salut !

    Comme vous me l’aviez suggéré sur BeIN SPORTS Your Zone, je suis venu lire votre article « entre-deux-matchs » sur le quart Barça-Atlético.

    Très intéressant encore une fois, de voir qu’un système soit disant plus défensif peut rendre l’équipe inoffensive et surtout l’exposer à plus de risques!

    Dans la même veine j’ai trouvé que le choix de Blanc de faire rentrer Marquinhos lorsque Mou a empilé les attaquants était révélateur et même mauvais!
    En effet c’était pour moi un aveu d’impuissance et en faisant ainsi reculer son bloc équipe il favorisait les plans de Mourinho.
    Fort Alamo ça tient, parfois, un temps, mais conserver son bloc équipe compact et sa force de frappe en contre aurait été un meilleur choix d’après moi.

    En tout cas merci de la suggestion ça me permet d’apprécier encore mieux l’article que j’avais lu sur BeIN, en faisant ainsi le lien entre les deux.

    J’ai vu que sur la plateforme Your Zone j’étais souvent critiqué pour mes commentaires… qui sont souvent décrits comme « prétentieux »… honnêtement j’ai du mal à trouver cela justifié, mais si vous aussi vous ressentez dans mes propos un quelconque sentiment de supériorité j’en suis vraiment désolé 😦

    Sachez en tout cas que ce n’est pas le cas et que j’apprécie vraiment de vous lire.

    Au plaisir

    • Aucun problème, restez comme vous êtes 😉 Il ne faut pas hésiter à critiquer mes positionnements.

      En effet, cette double confrontation nous apprend qu’il faut toujours conserver un équilibre. L’Atlético aura pris son seul but sur les deux matchs en 4141, et aura passé de nombreuses séquences du second en 433. Cholo a trouvé l’équilibre grâce au pressing et j’aurais adoré le voir à l’épreuve du Bayern.

      peut-être en finale…

      A bientôt !

      • Bonsoir
        C’est vrai que la recherche constante de l’équilibre est quelque chose d’inhérent au football (et à de nombreux sports-co) , mais parfois pour passer de bonne à grande équipe il faut savoir se mettre en danger! Tout le paradoxe est dans cette prise de risque « contrôlée »
        En tout cas Simeone a remporté son duel face à Martino, Mou celui face à Blanc… leur opposition tactique promet.
        Pour votre souhait de voir les colchoneros mis à l’épreuve du « grand » Bayern…; peut-être en finale effectivement…
        moi je pronostique plutôt une revanche de 2012
        Chelsea Bayern avec cette fois une victoire bavaroise!

        A bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s