Roma 1-7 Bayern : Master class de 352

Le Bayern a frappé très fort en étrillant le vice-champion d’Italie 7-1. Grâce à une organisation offensive variée et verticale et un pressing étouffant, les hommes de Pep Guardiola ont plié la rencontre en 25 minutes.

Arjen Robben, latéral offensif du 352 guardiolien

Arjen Robben, latéral offensif du 352 guardiolien

Le Bayern s’est présenté au Stadio Olimpico en 3142. Pep Guardiola avait déjà utilisé ce système cette saison en Ligue des Champions, notamment face à City. Ce jour-là, Rafinha et Bernat, latéraux de formation, occupaient les couloirs. Mardi à Rome, c’est Robben qui occupait le poste du latéral brésilien, donnant au Bayern un visage ultra offensif auquel Rudi Garcia n’a pas su s’adapter.

Le 3142 du Bayern, face au 433 de le Roma.

Le 3142 du Bayern, face au 433 de le Roma.

Variation et verticalité pour éviter la stérilité

Contre City le Bayern avait évolué dans ce système pendant la première demi-heure, se créant 3 grosses occasions, dont une par Muller sur le coup d’envoi. Offensivement, cette organisation est animée d’une façon assez verticale. La relance s’articule autour du [3+1] derrière (Alaba – Boateng – Benatia + Xabi Alonso), mais le Basque peut combiner avec le « latéral » autrichien, ou profiter des décrochages de Lahm pour pénétrer le camp adverse. Décrochage qui peut être « fantôme », Alonso jouant alors directement sur Muller ou Lewandowski qui décrochent à leur tour. Le capitaine du Bayern peut également prendre la profondeur si l’on inverse les rôles.

Lorsqu’Alaba s’investit dans la construction du jeu (ce qui est tout sauf rare, même lorsqu’il joue « défenseur»), la relance s’articule axe gauche, avec Götze, selon le même schéma, rendant les possibilités encore plus nombreuses : 3 joueurs devant Xabi Alonso (Lahm, Götze + Muller ou éventuellement Lewandowski), et le quatrième prêt à attaquer la profondeur.

Dans tous les cas, la variation des circuits et la verticalité de l’animation permettent au Bayern de ne pas faire durer excessivement la phase de préparation.

Bien cadré par Pjanic, Xabi Alonso s’en remet ici à Alaba pour relancer. Muller décroche et crée un 3 contre 2, ce qui attire Gervinho dans l’axe, délaissant de fait Robben.

Bien cadré par Pjanic, Xabi Alonso s’en remet ici à Alaba pour relancer. Muller décroche et crée un 3 contre 2, ce qui attire Gervinho dans l’axe, délaissant de fait Robben.

Robben pour l’extra-pass

De Rossi semble au marquage de Götze sur cette image arrêtée, mais il est en charge de Muller, et doit protéger sa défense. Une triangulation [Alaba – Lahm – Xabi – Alaba] plus tard, Götze sera trouvé totalement libre, aussi grâce à la passivité d’Iturbe.

Quand Götze porte le ballon vers l’avant, Lahm ; Muller et Lewandowski se projettent vers la surface, ce qui sollicite l’intégralité du back4 romain, et attire Cole vers l’axe. Là, le choix audacieux de Guardiola (d’avoir (quasiment) fait de Robben son arrière droit) se révèle payant et déséquilibrant pour l’adversaire. Le décalage créé, le Bayern aurait déjà pu ouvrir le score sur le centre de Robben vers Muller, si celui si avait été mieux ajusté. 3 blancs étaient alors présents face au but. Le Bayern ouvrira le score sur la touche qui suit le corner obtenu, Robben et Lahm éliminant très facilement Totti d’un une-deux d’école, avant que le talent du batave ne fasse le reste.

Cole forcé de serrer dans l’axe par la projection de Lahm, Robben libre dans le corner pour l’extra-pass.

Cole forcé de serrer dans l’axe par la projection de Lahm, Robben libre dans le corner pour l’extra-pass.

Point de côté

Une constante dans cette action : l’absence de plan défensif Romain pour couvrir les côtés. Gervinho et Iturbe n’avaient pas un rôle précis pour aider leur bloc. Torosidis (qui concède le corner) et Cole sont sollicités sur cette séquence, forcés par la projection à resserrer dans l’axe. Dans ces conditions, il était probable que le danger allait finalement venir des côtés, surtout quand l’un des 2 meilleurs joueurs au monde s’y trouve. Robben finira la partie avec 2 buts et une passe décisive.

De l’autre côté, la problématique est la même avec Bernat : Iturbe ne défend pas sur lui et l’ancien Valencien est une cible de choix pour les diagonales de Xabi Alonso. Le Basque le trouvera très facilement dans ces conditions sur le troisième but, qui achève définitivement la partie à la 25e minute.

Un carré en 2+2 dans l’axe et deux latéraux ultra offensif : Rudi Garcia n’a pas su prémunir son équipe face à autant de projection et de présence offensive. Le technicien français a d’ailleurs totalement assumé cette responsabilité après le match au micro de la Sky : « Le coupable, c’est moi. ». D’autant plus que lorsque le Bayern presse, ces 6 joueurs font très mal à la Roma.

Un carré dans l’axe et les couloirs fermés

Dans l’utilisation du ballon également, la Roma paye son audace suicidaire. En s’obstinant à relancer court, les Romains vont vite manqué d’oxygène face à une organisation parfaitement calquée sur la leur en phase défensive.

Placés sur les flancs de la défense à 3, Benatia et Alaba contrôlent sans difficulté Gervinho et Iturbe. Boateng marque Totti en le pressant par derrière, Xabi Alonso l’enferme par devant, pour mieux couper une solution qui sera souvent choisi par l’arrière-garde, faute d’autre possibilité. Le 4 contre 3 permet au Bayern de contrôler l’explosivité offensive romaine qui a fait mal à tant d’équipe depuis la prise de fonction de Garcia.

Devant, les 6 offensifs Bavarois font face à 7 Romains : Robben et Bernat contrôlent Cole et Torosidis, et dans l’axe, le carré Lahm – Götze – Muller – Lewy presse la défense centrale et fait le nombre quand un ou deux milieux viennent décrocher. Seul Yanga est (relativement) libre et l’oxygène va très rapidement manquer à De Sanctis face à un tel pressing. Instinctivement, l’ancien gardien Napolitain n’a que peu joué vers Yanga, peu enclin à emmener le jeu du côté de Robben.

Exemple au quart d’heure : Torosidis joue un coup-franc court. Muller charge De Rossi, Götze et Lahm bloquent les passes vers Pjanic et Naingolan. L’Italien joue vers Totti dos but, pressé par Boateng. Le capitaine romain remet sur Pjanic qui doit vite jouer en retrait vers Naingollan, qui va reculer à son tour. Yanga est le seul joueur libre, mais Muller le charge rapidement quand il est servi.

Un 4 contre 4 est créé dans l’axe, et le ballon récupéré par Muller offrira à Lewandowski l’occasion de frapper au but.

Grâce à son carré axial, Guardiola créé une égalité numérique dans le camp adverses qui fait aussi mal pour passer de l’attaque à la défense que l’inverse. Récupération rapide et danger immédiat. Le Bayern s’offrira une récupération haute sur la séquence suivante, elle aurait à nouveau pu permettre à Robben de se trouver seul au bout de l’action. Les Romains seront incapable de sortir jusqu’à l’inéluctable deuxième but. Prémices d’un long calvaire qu’il serait inutile de détailler, le match étant déjà totalement plié.

Garcia corrigé pour l’exemple

Avec cette victoire, le Bayern envoie évidemment un signal très fort à l’Europe.

Les 5 premières minutes du match ont offert le spectacle plaisant de deux équipes se pressant l’une-l’autre tout-terrain. Rudi Garcia a refusé de céder dans le rapport de force tactique en jouant de façon ultra-défensive. Son audace s’est vite révélée suicidaire.

La verticalité axiale du 3142 (31222), offerte par Götze, Lahm et Muller, est très efficace pour casser un pressing haut. En ne responsabilisant pas assez ses ailiers défensivement, Garcia a pris un énorme risque. Celui d’exposer sa défense face aux projections. Et à la largeur. Avec Robben ailier, ça ne pardonne pas.

C’est là que le message envoyé par le Bayern fait mal. Plus particulièrement aux entraineurs qui voudraient l’affronter sans se donner les moyens de lui survivre défensivement. Au risque de finir en 631, et de se priver de transition offensive…

Garcia avait déclaré avant le match « ne pas avoir peur du Bayern ». En refusant de s’adapter, l’entraineur français a exposé son arrière-garde à une tornade. Le Bayern lui en a mis 7. Pour l’exemple.

Victor

Publicités

Une réponse à “Roma 1-7 Bayern : Master class de 352

  1. Pingback: Táctica: Um olhar sobre o “novo” 3-1-4-2 de Guardiola | GoalPoint

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s