Juventus 1-0 Monaco : Un bus presque parfait

Après une performance collective de haut-vol, Monaco a finalement cédé sur penalty face à la Juve. En évoluant dans le registre très défensif qu’on leur connaît dans les grands matchs, les Monégasques auraient pu aller chercher un exploit sur l’une des quelques situations qu’ils se sont créés en contre-attaque.

Aymen Adbennour gigantesque au duel tout au long de la partie, n’aura pas suffi

Aymen Adbennour, gigantesque au duel tout au long de la partie, n’aura pas suffi

Bloquer Pirlo, fermer les côtés, et supprimer la profondeur

C’était prévisible, ce Juventus – Monaco a longtemps ressemblé à une configuration classique d’attaque – défense. Avec le ballon, le 4132 de la Juve, s’est vite transformée en 352 (ou en 2-Pirlo-5-2), le maestro italien venant se rapprocher de Chiellini et Bonucci, alors qu’Evra et Lichsteiner montaient à la hauteur des milieux de terrain.

En face, Jardim alignait son traditionnel 4-4-1-1 aux lignes ultra compactes avec une attention particulière portée à l’activité des latéraux turinois ; jamais lâchés par les ailiers monégasques Carrasco et Dirar.

Carrasco et Dirar très disciplinés face à Lichsteiner et Tevez

Carrasco et Dirar très disciplinés face à Lichsteiner et Tevez

Devant, Moutinho et Martial géraient à tour de rôle Pirlo, et laissaient une relative liberté à Bonucci et Chiellini. Le jeu court du premier était compromis par le faible écart entre les lignes monégasques, alors que le jeu long du second était rendu impossible par la station très basse du bloc, réduisant à néant l’espace entre la ligne de défense et la surface de réparation.

Comme ils l’avaient fait lors du (décisif) match de poule face à l’Atléti (0-0), les Turinois ont vite cherché leurs attaquants : Pour optimiser leurs chances de marquer, dans le seul endroit du terrain où ils n’étaient pas en infériorité numérique : l’axe de la défense.

A la réception des passes verticales ou des centres, Carvalho, et surtout Abdennour auront réalisé une partie colossale dans le duel, assez loin de l’idée reçue [défense basse = intervention facile pour les centraux]. Une prestation d’autant plus remarquable qu’ils devaient gérer les projections de Marchisio, Vidal ou Pereyra, et maitriser un recul-frein délicat, sans couvrir d’éventuels appels en profondeur, qui auraient été fatals dans la surface.

L’ASM a parfaitement géré la largeur de la Juve grâce à un positionnement parfait. A chaque fois que le ballon allait sur le côté, la défense reculait, pour palier à un éventuel centre. Quand le ballon revenait vers l’axe, la ligne remontait, et resserrait pour empêcher toute possibilité de combiner, ou d’attaquer la surface.

La transition offensive de l’ASM : de l’oxygène sur les côtés

Face à une équipe qui implique énormément ses latéraux, l’enjeu offensif pour l’ASM était d’aller chercher de l’espace dans le dos de Lichsteiner et Evra. Problème : quand le ballon est récupéré devant la surface, les solutions peuvent manquer et le ballon peut être reperdu, créant une nouvelle situation de déséquilibre défensif. Quand Kondogbia récupère dans les pieds de Tevez, le passage à l’attaque est laborieux avec 6 coéquipiers derrière lui. Son mauvais choix sera sans conséquence, grâce à la maladresse de Morata.

Enormément impliqués défensivement, Dirar et Carrasco ont souvent parfaitement été isolés par Marchisio, Pereyra ou Vidal après la perte de balle turinoise, ce qui a permis à la Juve de tuer dans l’œuf les contre monégasques, rendant impossible le passage à l’attaque. Si Pirlo, Chiellini et Bonucci ont souffert athlétiquement face à la jeunesse monégasque, le milieu et les attaquants se sont parfaitement comportés à la perte du ballon.

Sur les séquences où ils sont parvenus à atteindre la zone dans le dos d’Evra et Lichsteiner, les Carrasco et Dirar ont pu atteindre le dernier tiers, mais le repli Turinois les a empêché d’être dangeureux. Sauf sur une séquence : celle qui aurait pu permettre à Martial d’obtenir un penalty, après une récupération de Carrasco sur… Lichsteiner.

Au delà du fait de jouer en contre, les Monégasque se sont aussi montré capables de se créer des situations dangereuses à partir de quasiment rien, uniquement grâce au pouvoir de fixation et d’accélération de Martial et Carrasco. En comptant sur la lenteur de Chiellini, Jardim a failli réussir son coup.

Des secondes, et des centimètres… Et Pirlo… 

Il faudra 10 secondes pour réduire tout le travail monégasque à néant. Pirlo, depuis son camp, allonge une transversale parfaite, et profite d’une position un peu haute de Carvalho pour le prendre à défaut sur son appel.

En voyant le plan finalement échouer, on peut mesurer la minutie qu’il faut pour le mettre en place :

  • Moutinho est peut-être un mètre trop loin de Pirlo, mais il se devait de fermer l’axe, où se trouvaient Vidal et Pereyra.
  • Carvalho est surement un mètre trop haut, mais c’est sur une demi seconde que Morata prend le meilleur sur lui.
  • Que dire de Pirlo ? Qui a besoin d’une seconde pour prendre sa décision, parvenant à atteindre la zone parfaite, ni trop près de Carvalho, ni trop près d’Abdennour, ni trop près du gardien, sortant ainsi son équipe d’une situation bien compromise, comme c’est déjà souvent arrivé cette saison.

Même s’il n’a pas réussi son coup, il faut saluer le travail de Jardim qui a incontestablement mis en place la meilleure stratégie possible pour ennuyer la Juve, et qui est passé tout près de la victoire, avec un tout petit peu plus de réalisme, ou de chance, à des moments-clés du match.

Victor

Publicités

2 réponses à “Juventus 1-0 Monaco : Un bus presque parfait

  1. dis, comment Jardim peut régler ce problème de disponibilité, de soutien dans les phases de contre?
    On dirait que ce jeu bas monopolise tellement l’équipe qu’ils sont insuffisamment préparés lors de la transition défense-attaque d’ou ce ci grand nombre de joueurs derrière le porteur du ballon lors de la récupération de la balle.
    Quant aux mauvais choix de Carrasco, ils sont très agaçants mais quand on voit tous les efforts défensifs qu’il peut fournir, j’ai l’impression qu’il manque de lucidité à la fin de ses actions.

  2. Salut Divien,

    Je suis bien d’accord avec toi au sujet de Carrasco. Pour ce problème de transition offensive, je crois qu’il est inévitable. Jardim est obligé de renoncer à ça pour s’assurer un bloc bas et compact. Après, on verra le comportement de la Juve au retour. La possession sera peut-être un peu plus équilibrée, notamment dans la dernière demi-heure, s’il y a toujours 0-0…

    désolé pour la réponse tardive, a + 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s